Il est humain de se sentir concerné par les souffrances et les difficultés endurées par les autres, et de rechercher un monde qui se distingue par les opportunités, la liberté, l'empathie, la responsabilité, la collaboration, la réciprocité, la solidarité, l'équité, l'altruisme et le service.

Ceux qui sont au pouvoir rejettent ces aspirations comme étant idéalistes et légères par rapport au récit économique et politique dominant qui consiste à maximiser l'intérêt personnel, à obtenir la domination, à exploiter les profits à court terme sans tenir compte des conséquences à long terme (par exemple, la crise climatique) et à manipuler les autres lorsque cela sert ses objectifs.

Dans un contexte pareil, il n'est pas surprenant que l'écart entre les pays riches et les pays pauvres s'aggrave ; cet écart est maintenant à son niveau le plus élevé depuis plus de 30 ans. La pandémie de COVID accélère encore ce clivage, avec des conséquences particulièrement graves pour les femmes, les filles et les personnes marginalisées.

N'est-il pas temps de réfléchir et d'agir avec plus d'attention - plus en accord avec notre engagement souvent affirmé que la dignité et la valeur humaines sont universellement égales ? Si c'est le cas, pourquoi y a-t-il si peu de place dans le secteur de l'aide internationale et du développement pour une réflexion morale solide et explicite ?

La clarté morale est importante.

Les éthiciens et praticiens du développement du Center for Values in International Development visent à rendre explicites les nombreuses valeurs morales qui influencent et forment le développement international. Une fois clarifiées, ces valeurs peuvent informer et guider le discours, la politique, la programmation, le plaidoyer, le suivi et l'évaluation de l'aide internationale et du développement.

Une fois explicitées, ces valeurs peuvent même commencer à encadrer un nouveau et meilleur paradigme.

Articles Récents

Désolé, nous n'avons pas pu trouver de postes. Veuillez essayer une autre recherche.